Tous créateurs de Champagne ?

JDPEn quelques jours j’ai reçu pas moins de 3 communiqués annonçant la naissance d’une nouvelle marque de champagne. Le laïus est toujours plus ou moins le même, en substance il s’agit souvent de la rencontre d’un homme (ou d’une femme) avec le terroir de Champagne. Habités par une vision, ils prennent leur courage à deux mains, quittent Paris (oui, généralement ces créateurs sont parisiens) pour la journée, parfois pour le week-end, pour arpenter l’hostile province de Champagne dans le noble but de dénicher le meilleur de ce que la vigne peut offrir. En général, ils parlent ensuite de leur envie de marier modernité/art/luxe/design/lifestyle (rayer les mentions inutiles) avec les célèbres bulles. Chose que les grandes maisons font depuis longtemps en passant, mais soit… Le nom de la marque est d’ailleurs à l’image du discours… totalement marketing. Ce qui certes tranche avec les champagnes de vignerons qui portent la plupart du temps le nom de famille propriétaire, mais n’est pas toujours du meilleur goût. Ensuite le discours se prolonge en expliquant pourquoi leur cuvée (en général ils n’en proposent qu’une) est unique, rare, novatrice… et un peu chère.

Des champagnes comme les autres ?

South-PigalleParmi les derniers-nés, on trouve ainsi Jason de Phères dont j’ai parlé sur le blog il y a quelques jours, Vertuze, Goldfinger (dont il semble toutefois que la marque soit désormais éteinte), Léon Verres ou encore South Pigalle. Le communiqué de celui-ci est particulièrement éloquent : « South Pigalle est un des quartiers les plus agréables et pourtant méconnus de Paris. South Pigalle est un art de vivre : une bulle d’urbanité qui aimante les enseignes arty charmées de côtoyer les cabarets, les théâtres et la plus ancienne école de mode du monde. South Pigalle est finalement impossible à décrire, il faut y être pour comprendre son tempo et vivre son mouvement. Eux, ils y sont. Qui ? Trois mordus de leur quartier parisien du 9ème, qui ont fait de la recherche du beau et du vrai, une ligne de conduite à suivre comme on suit le rythme d’une musique rare. (…) South Pigalle méritait d’être célébré : il aura désormais un nectar qui lui est dédié. Le champagne South Pigalle est né. » Whats else ?

En deux temps, trois mouvements

Il faut toutefois reconnaître à ces marques, et à ces créateurs, un certain sens du marketing. Les habillages sont souvent originaux, parfois même réussis, et l’on sent que ce sont finalement eux qui concentrent l’essentiel des efforts puisque l’on trouve très souvent plusieurs habillages pour une même cuvée.

Il vient d’où ton Champagne ?

hediardPourquoi cette soudaine mode de la maison de Champagne ? Et bien, en dehors de l’attractivité du champagne, produit qui symbolise à la fois le luxe, le terroir et la fête, c’est surtout parce que créer une marque de Champagne est tout ce qu’il y a de plus simple. Il est très facile d’acheter quelques centaines de bouteilles nues auprès d’un vigneron ou d’une coopérative et de les habiller aux couleurs de sa marque. D’ailleurs certaines grandes enseignes ayant un champagne à leur nom, comme Ladurée, Hédiard ou encore Nicolas, ne font pas autre chose. Ainsi le champagne South Pigalle provient de la maison Breton & Fils. C’est l’une des rares marques à indiquer d’où proviennent les bouteilles, ce qui en soit est plutôt rassurant.

On comprend ainsi mieux pourquoi Jason de Phères et autre Léon Verres ne s’éternisent pas dans leur discours sur l’origine du champagne, son élaboration, sa vinification ou son assemblage. Rares sont mêmes les marques qui daignent fournir la fiche œnologique de leur cuvée… D’ailleurs rien ne garantit que le champagne acheté aujourd’hui sera le même, viendra du même terroir, que le champagne acheté dans un an. Mais est-ce vraiment là l’essentiel ?

One more thing…

Au fait, vous en pensez quoi du Champagne Blog à Bulles ? (bientôt vendu dans toutes les bonnes crémeries)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Article rédigé par : Marie

  1. J’avais exactement la même analyse sur ce phénomène…un truc de parisien qui découvre par hasard qu’on peut acheter du champagne (bon) a 13€/bt quand il est habitué a payer 28€/bt à l’épicerie du Bon Marcé ou chez Inno.
    En associant cette « super idée » à des compétences en marketing/vente, un pricing bien étudié, et à un ami « designer » roi de Photoshop…on arrive à la création de ces nouvelles « marques ».
    Bon, dans le temps et sur l’approvisionnement (qualité constante) je ne sais pas trop ce que cela peut donner. En travaillant la distribution il n’y a pas de raison que cela ne marche pas, un ami a construit il y a 15 ans une société pesant par la suite quelque m$ avec cette recette. Seule différences : ca se passait aux USA avec un autre liquide : l’huile d’olive…

  2. Bonjour Mathias,

    Effectivement sur le suivi de la qualité cela peut très bien se passer, mais j’estime qu’il n’y a aucune garantie dans le temps, si le vigneron ou la coopérative décide pour une raison ou une autre de ne plus fournir la marque en question, ou si la marque choisit de s’approvisionner à moindre coût et d’aller chez le voisin, ce changement d’origine ne sera pas mentionnée sur l’étiquette. Je concède toutefois que cela ne concerne pas uniquement ces marques de créateurs, mais plus globalement toutes les marques acheteurs : http://www.blogabulles.fr/2008/06/18/comment-lire-une-etiquette-de-champagne/

  3. Bonjour à tous ,

    Moi j ‘ai gouté au champagne Jason de Phères lors de la soirée de lancement (qui fût très agréable d ‘ailleurs ) le champagne est vraiment trés bon , et facile à boire , je le recommande vivemement et
    soi dit en passant c ‘est le cadeau original pour noel.

  4. Bonjour,

    Tout d’abord merci. Merci d’avoir noté notre attachement à notre producteur Breton Fils, merci de souligner nos efforts marketing, et enfin, j’en profite pour remercier nos 70 distributeurs qui après avoir goûté notre cuvée s’associent à notre aventure.
    Maintenant quelques précisions :
    A propos du prix, comme mentionné dans le communiqué de presse que vous avez reçu, le south pigalle est vendu aux environs de 30€.
    La moitié de ce même communiqué est consacré à l’origine du champagne et se termine par des notes techniques sur le vignoble dont il est issu.

    Nous comprenons qu’il est difficile d’écrire sur un champagne sans l’avoir goûté; nous sommes donc à votre disposition pour se rencontrer autour d’un blida de south pigalle, à Paris ou à Epernay, afin de mieux vous faire partager nos valeurs de respect de notre producteur et des consommateurs. Le marketing semble vous avoir interpellée, notre cuvée pourrait vous séduire.

  5. Un phénomène intéressant, il y a aura toujours des débouchés pour les amateurs d’étiquettes et « d’image », le champagne est en réalité très mal connu sur le plan dégustation/accords. Il reste une boisson festive et apéritive, mais quid des Champagnes de repas ?
    Hors sujet ou presque, que pensez-vous des marques « collectives » type « champagnes de vignerons » ?

  6. Bonjour,

    Je m’inscris dans ce phénomène puisque j’ai été engagée pour faire une étude de marché au nom d’un client qui souhaite créer sa propre étiquette de champagne. Ce client est un amoureux de la prestigieuse cuvée Critsal Roederer et bien qu’aucun champagne ne l’égalera, ma tâche est de déterminer le ou les champagnes qui pourraient s’en « rapprocher » ou l’évoquer. Je fais appel à votre expertise pour me guider vers ces champagnes. Merci d’avance pour vos informations précieuses.

  7. Ping : Choisir un Champagne grâce à son étiquette | Oenovino – BLOG sur le VIN, Web TV Oenologie, Vidéos Oenologie

  8. Ping : Choisir un Champagne grâce à son étiquette | Wine and the city

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>