Dom Pérignon lance son blog

Dom-PérignonPreuve de l’intérêt croissant que porte le monde du Champagne à Internet, le tout récent lancement du blog de Richard Geoffroy, le Chef de Cave de la maison Dom Pérignon. Baptisée Making Dom Pérignon, ce blog a l’ambition d’apporter un nouvel éclairage sur le travail et la philosophie de Richard Geoffroy, le créateur des cuvées Dom Pérignon depuis 1990. Le blog est riche de seulement 2 posts pour le moment, mais il ambitionne de permettre au Chef de Cave Dom Pérignon de témoigner de son expérience, de raconter ses voyages et ses rencontres, de faire vivre le patrimoine de Dom Pérignon, et se projeter dans son avenir.

Le premier sujet de ce blog concerne le tout nouveau Dom Pérignon Rosé Œnothèque 1990 et le Dom Pérignon Rosé 2000. Deux cuvées que Richard Geoffroy est parti présenter au Japon, un pays friand de champagne et de Dom Pérignon en particulier.

Esthétiquement, le blog est très réussi, intégrant parfaitement les codes de la maison, tout en noir et blanc, mais par contre il manque, pour le moment, cruellement de photos pour illustrer les posts. Reste un gros point noir, à mon avis, Making Dom Pérignon est disponible uniquement en anglais. Je comprends bien, vue la dimension internationale de la marque, que ce blog soit en anglais, mais pourquoi ne pas lui accoler une version française ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Article rédigé par : Marie

  1. Je suis d’accord avec vous sur le point noir de ce blog.
    Il est donc à l’image de leur site internet, qui n’est pas non plus disponible en français, et qui plus encore, ne propose pas la France parmi les choix de pays du visiteur, alors même qu’il est une indication indispensable pour visiter le site. Le comble : pour visiter le site, il faut donc se dire originaire d’un autre pays que la France !!!
    Je comprend qu’on ne puisse pas traduire le site ou le blog en toutes les langues, mais ils vendent tout de même un produit français.
    Ce n’est sans doute pas le message qu’ils ont souhaité faire passer, mais ça fait un peu : « le marché français ne nous intéresse pas ! ».

  2. Bonjour Julien,

    C’est malheureusement une tendance qu’on certaines grandes maisons de champagne (chez Perrier-Jouët par exemple où le site n’est pas accessible aux résidents français…), et même si la France ne représente souvent qu’une petite part de leur vente je trouve ça dommage de gommer l’origine française du champagne.

  3. Je pense aussi qu’il s’agit d’un moyen de contourner la loi Evin qui pour la France est bien contraignante.
    C’est une belle initiative qui se doit d’être alimenter

  4. A côté du point noir évoqué, je salue bien entendu l’initiative.
    C’est toujours un plaisir que de pouvoir suivre l’actualité d’une maison de champagne, et d’en savoir plus sur ce qui se cache derrière une étiquette lorsque l’on boit un champagne !

  5. C’est surement pcq Moet et Chandon n’a pas assez d’argent pour le traduire en français.. Au Québec on connaït bien ce genre d’argument . Dans un ordre d’idée, outre une certaine prétention, il s’agit d’un manque total de respect pour la France et les français. Les francophones d’Europe achètent quand même quelques bouteilles de DomP. Mais bon c’est dans l’air du temps chez vous!

  6. La raison pour laquelle Perrier-Jouet ou Dom Perignon ne proposent pas la France comme choix de nationalite sur leur site repose sur le fait que nous sommes soumis en France a la loi Evin (encore une aberration) et que cela est tres contraignant sur le contenu du site.
    Développer une version loi Evin etant couteux, complique et restrictif, ces Maisons ont fait le choix de ne pas proposer la France.

  7. @ Philippe : je suis d’accord avec toi sur le sentiment que donne l’absence de langue française : on (les consommateurs français) se sent totalement négligé. Et effectivement cette mode des Vintages, Pink Pop et cie est un peu dommage, mais comme tu dis très dans l’air du temps.
    @ peaceandlowe : je comprends que la loi Evin soit une contrainte, mais d’une part elle a tout de même été assouplie via-à-vis du web, et d’autres part adapté un contenu à la France (et ses contraintes) ne doit pas être si couteux que cela pour une société qui souhaiterai vraiment le faire. Pour moi il s’agit plus d’un manque de volonté que d’un manque de moyens.

  8. Ping : Vodka & Co. | Alcool News #41

  9. Bonjour à Tous,

    Je découvre ce blog: très intéressant! Félicitations Marie !

    je voulais réagir sur l’article concernant le développement des sites internet.

    La loi Evin a bon dos… Si le site possède une page d’avertissement (où vous entrez votre date de naissance et votre pays de résidence), et s’il est inclu dans le pied de page du site que l’alcool est dangereux pour la santé (ah… le french paradox!) alors il n’y a aucun problème.
    Les ennuis avec la loi Evin commencent s’il y a vente en ligne. Mais à ma connaissance, ni PJ ni Moët ne proposent de vente en ligne: ils n’y trouveraient d’ailleurs aucun intérêt, si ce n’est celui de court-circuiter leurs marchés export ! Soit scier la « golden branche » sur laquelle ils sont vautrés depuis des années…

    Bonne journée sous les flocons !

  10. Bonjour Zenobulles,

    Merci pour votre commentaire et votre analyse que je partage totalement ! Pour le mois le problème de la traduction est une simple question de volonté et de priorité des marchés… Et la France ne semble pas être une priorité.

    A bientôt !

  11. Je trouve que Dom Pérignon n’est pas un champagne authentique. C’est oour ça qu’il oublie ses origines : le terroir Français.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>